DRH - DÉVELOPPEMENT RH

Comment lutter contre la bureaucratie et développer la subsidiarité : L’humanocratie

Retex de Charles-Henri BESSEYRE DES HORTS, Professeur Emérite Management et Ressources Humaines à HEC PARIS.

Comment améliorer l’engagement des collaborateurs ? Garder ses talents et recruter à l’heure de la “Grande Démission”. Epuisement, stress, besoin de faire une pause, d’un travail utile, qui a du sens, recherche de meilleurs salaires, d’opportunités, de développement personnel… La pandémie de Covid-19 a changé le rapport des salariés au monde du travail et à la vie :

Selon le Rapport 2021 de l’institut de sondage Gallup, l’engagement est resté remarquablement faible en Europe de l’Ouest, à 11 %, alors même que les employés d’Europe de l’Ouest estimaient qu’ils avaient des évaluations de vie élevées (55 % sont en plein essor) et de faibles émotions négatives, par rapport aux employés de nombreuses autres régions.

Les salariés français sont les plus désengagés au travail en Europe de l’Ouest . 

Gallup
Gallup

La mission des dirigeants et des managers, qui représentent le facteur clé d’engagement ou de désengengagement, est donc de créer une rupture permettant de se désintoxiquer des vieux modèles. Et parmi ces facteurs de rupture qui peuvent favoriser l’engagement des collaborateurs est l’idée d’humanocratie.

L’idée d’Humanocratie est aussi simple que lumineuse : pour préparer son entreprise au futur, il faut d’abord l’adapter aux humains qui la composent ! prêchent les experts en management Gary Hamel et Michele Zanini, auteurs de l'”Humanocratie : Libérez les talents et dynamisez votre entreprise” (Ed Diateino).

Insuffler un esprit entrepreneurial dans le quotidien des employés leur permettra de s’épanouir et de multiplier les projets

Tuer les bureaucraties qui existent dans nos entreprises, petites et grandes

Quand j’ai lu ce livre, indique son traducteur Charles-Henri BESSEYRE DES HORTS, je l’ai trouvé exceptionnel parce qu’il reprenait un certain nombre d’idées qui ont émergé dans les années 2010 : Rappelez-vous le livre formidable d’un dirigeant indien “Employés d’abord, clients ensuite”* dont l’idée principale est de redonner le pouvoir aux employés de terrain. Il est de la même veine que ce livre qui donne véritablement des clés pour, comme ils le disent dans cet ouvrage de façon très claire, “tuer les bureaucraties qui existent dans nos entreprises petites et grandes”.

La bureaucratie, c’est un vieux modèle inspiré d’un sociologue allemand qui s’appelle Max Weber qui ne disait rien d’autre que l’entreprise ou l’organisation devait être structurée avec un certain nombre de niveaux hiérarchiques absolument définis, des jobs très clairement définis, une promotion à l’ancienneté. Donc, en gros, ce qui caractérise la bureaucratie, c’est essentiellement la rigidité d’une organisation.

A l’inverse, l’humanocratie fait confiance aux personnes : La motivation vient des pairs et non pas de la position hiérarchique. L’humanocratie donne le pouvoir aux individus, aux équipes de terrain, d’où le mot subsidiarité, qui fait référence à la capacité de prendre des décisions au bon niveau...

Le problème de la bureaucratie, ce n’est pas une organisation mauvaise en soi, mais elle ne répond plus aux enjeux actuels de notre environnement, à la nécessité d’agilité des organisations.

Charles-Henri BESSEYRE DES HORTS s’adresse ici au développement rh, aux responsables de la formation, aux parcours employés pour jouer leur rôle dans cette humanocratie, une étape clé pour aller vers cette organisation complètement nouvelle.

Il décrypte le concept à travers notamment le cas d’usage de l’entreprise Michelin, de Danone ou des travaux de François Dupuy, sociologue des organisations et auteur de plusieurs ouvrages sur la bureaucratie, le changement et le management dans les entreprises et les institutions. Dans Lost in Management : la vie quotidienne des entreprises au XXIe siècle, il écrivait : le problème est aujourd’hui de reconstruire une maîtrise minimale de la direction et de ses managers sur l’organisation et ses personnels en redécouvrant les vertus de la confiance et de la simplicité.

  • * Les employés d’abord, les clients ensuite : Comment renverser les règles du management (Ed Diateino). Vineet Nayar, CEO et vice-président du Conseil d’administration et Membre permanent du Comité de Direction de HCL Technologies
  • François Dupuy : Lost in Management. La vie quotidienne des entreprises au xxie siècle, Seuil, 2011 et La faillite de la pensée managériale. Lost in management 2, Seuil, 2015

Interview réalisée par Julien Merali, General Manager IT d’Agora Managers

Afficher plus
Bouton retour en haut de la page