IMMOBILIER - ENVIRONNEMENT DE TRAVAIL

Comment construire sa stratégie immobilière dans un contexte incertain ? SNCF

Retex de Laurent LESMARIE, Directeur immobilier tertiaire et social de la SNCF.

Face aux défis sociétaux, sanitaires et climatiques, le groupe SNCF a fait le choix d’ouvrir son parc immobilier à des modes de production urbaine sobres, innovants et solidaires. Urbanisme temporaire, tactique, transitoire, tiers-lieux, adaptables, hybrides, évolutifs, à taille humaine et fondés sur des engagements écologiques et sociaux. 

Le groupe ferroviaire est le deuxième propriétaire foncier de France derrière l’Etat et dispose de 8 millions de m2 de bâti sur le territoire et de 30.000 hectares de terrains

Laurent LESMARIE, nous répond sur les changements de stratégie immobilière de la SNCF face à la crise Covid qui a accéléré des mutations sociales et économiques.

Il assure, dit-il, la gestion de portefeuille tertiaire et social au sein de la direction des stratégies immobilières au sein de SNCF Immobilier. Donc sur le social, on gère les activités sociales et culturelles, c’est un parc très hétéroclite qui est mis à disposition de nos partenaires sociaux pour exercer leurs activités sociales et culturelles.

Ce sont par exemple des activités sportives, de la garde d’enfants, des colonies de vacances… Et puis sur le portefeuille tertiaire, on gère tous les besoins d’occupation tertiaire sur un parc propriétaire puisqu’on a encore quelques centaines de milliers de mètres carrés et puis, de plus en plus aujourd’hui, des prises à bail externe qui vont permettre de trouver sur le marché les mètres carrés de bureaux qui nous sont nécessaires pour nos activités.

En nombre de mètres carrés, cela représente au global à peu près un 1 million de m2 . Sur les activités sociales, on a 362 000 m2 pour les activités sociales répartis sur 5 millions de m2 de foncier.

Au sommaire :

Quelles stratégies d’investissements adopter avec un parc tertiaire ancien ?
(rénovation, réhabilitation, remise à niveau du parc, maîtrise des coûts)

Quelles conséquences de la crise sanitaire sur la diversification géographique et sectorielle des actifs et prise à bail externe ?

Quelles stratégie à long terme adopter face à l’incertitude des taux d’occupation des bâtiments ?
(Problématique de sous-occupation des bâtiments et de disproportion entre l’espace collectif et l’espace individuel. Développement du flex office – Législation du bail commercial )

Avant la crise, un poste de travail était occupé à 50-60 % de son temps (formation-réunion-congés…) En septembre 2021 – le taux moyen de fréquentation des bâtiments était de l’ordre de 40% avec des pics notamment le mardi de 60 à 70% lors des réunions et très peu de monde le vendredi) 

Quels sont les impacts structurels du télétravail sur la transformation des modes et espaces de travail ?
Sondage interne : 90% des sondés souhaiteraient à l’issue de la crise sanitaire voir perdurer un dispositif de télétravail et une transformation des espaces de travail.

Transformation et multiplicité des positions de travail par rapport au schéma traditionnel : Développement des espaces collaboratifs et des espaces de convivialité – Adaptation des espaces de travail selon métier – Nouvelle méthodologie : Test and Learn.

Propos recueillis par Lionel Cottin, Directeur de la Rédaction ANews Workwell – Agora Médias

Afficher plus
Bouton retour en haut de la page